Aurora: Une vraie force de la nature à la Roundhouse

LIVE REVIEW

Aurora, la fée de la pop alternative âgée de 23 ans qui nous vient tout droit de Norvège a eu une année bien remplie. Elle a sorti deux albums, est partie en tournée dans le monde entier et s’est amenée sur la route de festivals tel que Glastonbury ou Rock Werchter. Pour terminer cette année incroyable, la chanteuse a déposé bagage le 11 novembre dans un lieu iconique de Londres, la Roundouse, afin d’y amener son set féerique.  

La soirée commença avec une courte première partie de la bien aimée princesse de la pop norvégienne Iris qui représente une image et un style musical très similaire à celui d’Aurora. Cette similitude, combinée avec ses chansons entrainantes, son talentueux groupe et sa captivante bien que timide présence sur scène donna lieu à une superbe ouverture de soirée qui s’est annoncé être magnifique. Aurora démarra son concert de 90 minutes avec les rythmes explosants de Churchyard et emmena son public à travers un fantastique voyage au sein de son monde magique. Alors que des hits pop comme Queendom et Animal ont fait danser la foule, les interprétations acoustiques de Murder Song et It Happened Quiet furent d’une beauté envoutante. L’instant marquant du concert à été l’hymne environnementale The Seed, avec le public qui chantaient en parfaite unisson le bridge du morceau qui menait à la catharsis du refrain. 
Pendant le concert, le talent naturel d’Aurora était d’une évidence perçante. Même si sa puissance brute ainsi que sa gentillesse authentique peuvent paraitre paradoxale, ces traits de personnalité s’emboitaient entre eux parfaitement sur scène et ont crée quelque chose d’unique et d’authentique. Ses chants furent d’une beauté enchanteresse, vinrent s’ajouter à ceux-là ses danses pleines de pep’s sans oublier ses petites histoires entre chaque chansons telle que sa rencontre avec un très gentil pigeon à Manchester. En même temps, elle concentrait avec passion sa rage envers le monde dans les chansons Apple Tree et The Seed, et la scénographie visuelle était génialement étrange. Pour conclure, ce fut un plaisir absolu d’écouter ainsi que de contempler Aurora sur scène, c’était l’un des meilleurs concerts auquel nous avons assistés cette année.
Ecrit par Balàzs Mihàlyfi, traduit par Lilia C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :