JOY CROOKES: L’artiste qui va changer la donne

Le magazine Elle nous en parle en disant qu’elle va changer la donne et Vogue garantit qu’elle fera fondre notre coeur, voilà Joy Crookes. L’auteure-compositrice d’origine Irlandaise et Bengali qui écrit depuis Londres vient de sortir un nouvel EP intitulé Perception (Sony, 2019) et on a qu’une hâte c’est de l’écouter. Joy Crookes est apparue sur le radar du public en 2017, avec une interpretation incroyable de son titre Mother May I Sleep With Danger? pour COLORS Studios.

La chanteuse est entrée dans les studios habillée d’un corset dans le but de rendre hommage à son idole Frida Khalo et en est ressortie avec plus de 7millions de vues sur sa vidéo. Deux ans plus tard elle peut être aperçue en train de promouvoir son nouvel EP dans les rues de Londres à l’aide d’un mégaphone pour attirer l’attention des passants: elle a définitivement réussi à atttraper la notre!

Perception est un rapide coup d’oeil à l’univers qui se trouve dans la tête de Joy Crookes. L’EP commence avec un titre espiègle nommé Hurts où même si le ton est léger et la mélodie joyeuse, en réalité l’artiste s’exprime à propos de sentiments mélants douceur et amertume qu’elle ressent lorsqu’elle est négligée par son entourage. Joy recrée parfaitement ces émotions dans le clip où elle danse sur la mélodie mais avec une batte de baseball à la main.

Le morceau suivant, No Hands, est un hymne à l’amour propre. Grâce à une voix éloquante et une mélodie de guitare entrainante, on se retrouve vite à bouger la tête sur cette chanson qui répète “nobody cradles me like I can” (personne ne me berce comme moi je le fais). London Mine arrive ensuite, une ode à la ville où Joy Crookes a grandi. Dans le clip qui n’est que couleurs pastels et teintes douces, Joy peut être aperçue errant dans les rues de la ville, entourée des habitants de son quartier, le tout dans une atmosphère nostalgique de l’époque où “la gentrification n’avait pas encore frappé à notre porte”.

Since I Left You est probablement un des morceaux les plus puissants de Crookes. Ironiquement, c’est également un des plus simples. Sa voix, posée sur la mélodie épurée du piano, chante des paroles poignantes à propos de son coeur brisé. Pour le clip, réalisé par Leonn Ward, Joy a décidé de recrée le village de son arrière grand-mère au Bangladesh. On peut donc la voir immobile, livrant toutes les émotions à travers sa voix, même si quelques larmes lui échappent tout de même à cause des souvenirs liés à la chanson.

Enfin, l’EP touche à sa fin avec Darkest Hour, une chanson dédicacée et inspirée par le père de l’artiste. Le morceau parle de loyauté et de la promesse faite par Joy à ses parents (même s’ils ne sont pas nommés dans les paroles).

Au fil du temps, Joy Crookes s’est vue comparée à beaucoup d’icones, le public allant jusqu’à l’appeler “la nouvelle Amy Winehouse”. Même si ces comparaisons sont d’énormes compliments pour la compositrice de 20ans, on ne peut pas s’empêcher de penser que Joy n’est pas “la nouvelle Amy Winehouse” mais plutôt “la prochaine Joy Crookes”.

Joy Crookes – Perception EP:


Article écrit par @Intzagram.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :