Julia WOLF: une auteure-interprète pas comme les autres

’mon prénom est julia. je viens du queens. les paroles avant tout. vraiment vraiment grande. aussi vraiment italienne. c’est tout ce que j’ai pour le moment.’ ’

La bio Spotify de WOLF en dit beaucoup sur elle en seulement quelques mots, ce qui est exactement ce qu’elle souhaite faire avec sa musique.

– ‘mon prénom est julia’ –

Vrai. Son prénom est Julia, mais son nom de famille n’est certainement pas Wolf. WOLF est le nom d’artiste qu’elle s’est choisie surtout par rapport à la personne qui lui est la plus proche, sa soeur. Quand sa soeur était petite, elle avait un loup de compagnie imaginaire et cela les a marquées jusqu’à aujourd’hui. Après avoir découvert que dans la mythologie grecque le Dieu de la musique Apollo se faisait également appelé le Dieu Loup, Julia n’a plus eu le choix… ‘Il y avait plein de choses en rapport au loup autour de moi et je suis juste allée avec!’

– ‘je viens du queens’ –

Née et élevée à New York City, mon pote!

© WOLF

– ‘les paroles avant tout’ –

En grandissant, Julia était une fille très timide, qui essayait toujours de ne pas attirer l’attention sur elle-même. Elle ne regardait pas les gens dans les yeux, elle ne levait pas la main pour aller aux toilettes en classe et elle évitait clairement de parler aux gens en face à face le plus possible. La seule chose qui la mettait à l’aise c’était de chanter sur scène. Après avoir appris à chanter et à jouer du piano, WOLF n’a fait que des reprises pendant des années. Ce n’est qu’après que son prof de musique ait découvert son talent qu’elle commença à écrire ses propres chansons. Après avoir entendu Julia jouer du piano dans la salle de musique à l’heure du déjeuner, il l’encouragea à chanter une chanson originale au concert des terminales. Au début, Julia était mortifiée et embarrassée face à cette demande, mais une fois qu’elle a commencé à poser des mots sur le papier, elle réalisa qu’écrire des chansons était la façon parfaite pour elle d’exprimer des sentiments qu’elle n’arrivait pas à partager autrement. Les paroles avant tout! Quand elle parle de son processus d’écriture, WOLF dit: ‘c’est toujours les paroles d’abord et essayer de faire attention aux petits détails. […] Je pense qu’une de mes plus grandes inspirations c’est de voir d’autres artistes dire des choses de la façon la plus simple, je trouve que c’est ce qui est le plus dur. Dire tellement en si peu de mots… c’est ce  que j’essaie de faire quand j’écris’. Elle ajoute aussi que son but est d’‘être aussi visuellement marquante que possible avec mes paroles pour qu’on s’en rappelle’. Et honnêtement, on ne pourrait pas plus être d’accord!  

Les paroles de WOLF sont durement honnêtes et vraies. Dans le même style que Frank Ocean, elle arrive à faire passer ses émotions de la façon la plus simple et directe, faisant en sorte que les gens s’identifient à son histoire de façon profonde. En restant fidèle à elle-même, elle peint des tableaux vivants dans l’esprit des gens leur permettant de se remémorer leurs propres émotions et expériences d’une manière extrêmement puissante – parfois même inconsciente. Quand WOLF chante ‘I wasn’t in the mood to let you down / Had to play dead so I won’t forget / It was not love’  (dans son dernier single Play Dead) ou ‘You like to argue when you really need to heal / Don’t be mad if I don’t stick around and chill’ (dans Ghost) — J’ai vraiment ressenti ça. Et si ce n’est pas le cas pour vous…vous mentez.

 

Julia n’écrit pas seulement les paroles de ses chansons, elle produit aussi sa musique. Elle a commencé à produire par le besoin comme elle l’explique, ‘J’ai essayé de travailler avec beaucoup de gens, mais j’avais l’impression que tout le monde essayait toujours de changer ce que j’exprimais. [..] Et même là, j’envoyais simplement des démos à des gens pour qu’elles soient mixées et je retrouvais mes chansons complètement irreconnaissables’. Après beaucoup de voies sans issues, elle rencontra enfin le producteur avec lequel elle collabora avec succès sur ses derniers morceaux, Jackson Foote. Le résultat final? Une collection de mélodies pop dynamiques qui sont bien plus que ça. Empruntant des éléments différents d’autres genres de musique, comme le rap et le R&B, Julia et Jackson ont été capables de fusionner ces éléments de manière transparente et de développer un son très unique.

Découvrez la playlist que WOLF a préparé pour TBC pour en savoir plus sur les artistes et la musique qui l’inspirent le plus.

– ‘vraiment vraiment grande.’ –

On suppose qu’on doit la croire — les appels zoom ne sont pas la meilleure façon de connaître la taille de quelqu’un malheureusement 🙁

© WOLF

– ‘aussi vraiment italienne.’ –

Ça on peut néanmoins vous le garantir!

Née aux Etats-Unis, mais d’un père très italien, Julia peut complètement comprendre ET CHANTER en italien. ‘Mes parents ne parlaient pas anglais quand j’étais petite parce que mon père n’a pas su parler anglais pendant longtemps alors je pense que ça m’a marquée’, dit-elle. Depuis très jeune, Julia a toujours été habituée à écouter de la musique du pays de la dolce vita, notamment le phénomène hip-hop Fedez et la pop icon extrêmement versatile Jovanotti, dont l’album Oh Vita! a été produit par le seul et unique magnat du rap Rick Rubin. Etant une grande fan de hip-hop et de ses sous-genres, Julia est en ce moment obsédée par le rappeur de Rome qui commence à se faire un nom Joe Scacchi. ‘Il est le premier artiste italien dont j’aime vraiment beaucoup le son’ et on comprend tout à fait pourquoi. Bien que sa musique sombre pourrait être catégorisée comme de la musique trap, il aime expérimenter au niveau des beats, mélangeant le traditionnel des années 80 avec ses refrains plutôt pop et des guitares rock (parmis d’autres). Se voulant versatile comme les artistes qu’elle aime et respecte le plus, WOLF essaie d’incorporer de l’italien dans sa musique quand elle le peut. Ecoutez son single Immortale pour goûter au mélange culturel: la version ‘quand l’Italie rencontre l’Amérique’.

 

– ‘c’est tout ce que j’ai pour le moment’ –

C’est tout ce qu’elle a… seulement pour le moment!

Malgré le fait d’être bloquée à la maison comme tout le monde pendant le confinement, Julia n’a rien arrêté, faisant de la recherche et écoutant beaucoup de nouvelles chansons et se forçant de continuer à écrire ‘car je pense que c’est un muscle qui a besoin d’être exercé et c’est comme ça que tu grandis’. Qu’est-ce qu’on peut attendre de WOLF dans le futur proche vous nous demandez? Avec sept morceaux sortis recemment, son plan est d’en sortir quelques uns de plus pendant qu’un album se prépare très sûrement.  Et n’oublions pas les clips et le merch… ‘A ce jour je n’ai pas vraiment de marketing, je fais les pochettes et tout ça mais ouais, j’essaie de créer plus que juste de la musique, je veux avoir une représentation visuelle aussi. J’aime la mode, j’adorerais faire des clips [..] et du merch [..] tout ça se prépare!’ En parlant de ses plans pour le futur, Julia ajoute, ’La partie la plus dure dans tout ça c’est de prendre des décisions. Je ne veux pas faire les choses trop vite, même si c’est super tentant, je pense vraiment que ça devrait être plus un marathon qu’une course, car on y gagne plus à la fin’. Alors attachons-nous bien et préparons nous à voir WOLF gagner ce marathon!

Pour ne manquer aucune nouvelle en attendant, retrouvez-la sur instagram sous @juliawolfnyc .

Article original écrit par Isabella Sancinelli / Traduction réalisée par Moïra Lilly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :