lavender: quand J Dilla rencontre Bon Iver… c’est toute une vibe!

« La meilleure façon de nous décrire serait un guitariste et un beatmaker, mais je pense que ce que l’on fait ensemble est encore plus grand et complexe que cela »

And that’s facts!

Es-tu un.e fan des sons complexes et des techniques de sampling de J Dilla? As-tu la chair de poule chaque fois que tu écoutes les chants empli d’émotions de Bon Iver? Oui? Alors fais nous confiance, tu as toqué à la bonne porte et nous te présentons lavender (yep, tout en minuscule). Le mois dernier nous avons eu une agréable conversation (via Zoom – on respecte la distanciation sociale les gars) avec Oskarle beatmaker’ Rice et Adamle guitariste’ Jackson afin d’en apprendre plus sur leur dernier projet. 

 

 

Même s’ils fréquentent la même école depuis l’âge de 11 ans, ce n’est qu’à leur 17 ans qu’Adam et Oskar ont réellement fait connaissance et ont partagé leur passion pour la musique. Oskar nous raconte, « L’ancien groupe d’Adam, Ken’s Beijing, qui était absolument génial, est venu pour enregistrer son EP – il y a peu de studios dans notre ville d’origine – et nous avons, avec Adam, mis en place des studios dans les salons de certaines personnes, ce qui s’est, de façon assez ironique, avéré extrêmement utile à notre travail. J’ai donc enregistré ça avec eux et c’est comme ça que l’on s’est rencontré. [De plus] je ne conduisais pas encore à l’époque. Adam passait me prendre chez moi et sur le chemin du studio me faisait écouter les musiques qu’il aimait et à mon tour sur le chemin du retour je lui faisais écouter les miennes. » Devinez ce qui passait en boucle? Un bon mix de Radiohead, Mac DeMarco, Madlib, KAYTRANADA et (beaaaucoup) de J Dilla. 

 

Adam et Oskar ont emménagés à Londres en 2018, Oskar loua un studio d’enregistrement à Hackney Wick et y invita Adam pour voir s’ils pouvaient créer ensemble. Pour citer Adam « Même lorsqu’on nous étions dans différentes universités nous gardions contact en s’envoyant des messages une fois tout les six mois en se disant que nous devions collaborer ensemble un jour ou l’autre [..] C’était toujours à base de ‘un jour peut-être on se réunira afin de mettre en place un projet’ ». Les premières sessions étaient un peu gênantes, « on se dit toujours que c’est un coup de chance qui nous a permis de réaliser ça car nous avons dû mettre à profit nos premières sessions pour apprendre à travailler en tant que groupe mais une fois que ça s’est fait tout était très facile et nous avons produits beaucoup de titres très rapidement », nous dit Oskar. Et nous y voilà, lavender vole enfin de ses propres ailes! Ne les ratez pas. 

Ce qui est réellement intéressant à propos de ce duo installés (pour l’instant) à Londres c’est que les deux ont une carrière dans l’industrie de la musique. Oskar travaille en tant que RP, s’occupant des relations publics d’artistes et de festivals, tandis qu’Adam fait parti de la team Sofar Sounds et dévoue son temps à l’organisation de concerts à Londres dans des endroits uniques et en petit comité. Être au coeur du business, connaître les ‘behind the scenes’ et avoir des connections au sein de l’industrie a définitivement aidé à leur projet musical, ils le confirment d’ailleurs. « Oskar et moi sommes de super fans slash obsédés de musique, ce n’est donc pas surprenant qu’on en ait fait tout deux notre carrière. J’adore Sofar…mon travail est d’écouter pleins de chansons, aller à des concerts ou bien en organiser, ce qui est ma passion #1. C’est un endroit unique et superbe qui vous immerge dans l’art. C’est une situation qui rend l’inspiration des plus propices et cela permet de créer avec aisance car nous sommes constamment exposés à de nouvelles idées ainsi que de nouveaux sons et genres ».

Adam nous éclaire également sur leur façon de choisir les artistes avec lesquels ils souhaitent collaborer : 

« Il y a des personnes avec lesquels Oskar à eu l’occasion de travailler sur ses projets par le passé et, en ce qui me concerne, j’ai assisté à beaucoup de concerts à Londres où j’ai eu l’occasion d’y voir des artistes somptueux, donc à partir de là on essaye de choisir lesquels d’entre eux correspondent le plus à l’esprit lavender et, quand nous le pouvons, les faire venir au studio et voir si la magie s’opère. […] Nous faisons plusieurs sessions avec ceux avec qui nous travaillons. C’est agréable, on devient un peu comme une grande famille! »

 

 

Alors qu’ils cherchaient à faire grimper leur carrière au sein de l’industrie de la musique, les lavender ont trouvés leur manager, Cas. Oskar rencontra Cas alors qu’ils étaient étudiants en Music Business Management à l’université de Westminster et ce fut Cas qui le fit entrer en contact avec les managers du studio d’Hackney Wick. Il est également la raison pour laquelle lavender a maintenant commencé à sortir des chansons. Comme Oskar nous l’explique, « [Au début] nous avions juste créer un son sans nous dire que nous allions former un duo, être un vrai groupe, ce n’était qu’une seule chanson. [..] Et en l’espace d’un instant nous en étions à notre 15ème chansons ; au même moment Cas est venu me voir me disant qu’il cherchait plus de clients à manager, je lui ai donc envoyé nos sons et il nous a dis ‘vous devez sortir ça et vous devez également avoir telle ou telle collaborations et faire tout ça de la bonne façon.’ S’il ne s’était pas immiscé dans le projet je doute que j’en serais là aujourd’hui. [..] Le simple fait d’avoir ces opportunités/connections nous a ouvert de nombreuses portes et a rendu le projet lavender possible. » Et ça, cher gens, met en  lumière le fait d’avoir un manager qui croit en vous, vous met en relation avec les bonnes personnes et vous aide à developper votre potentiel au maximum. 

(PS: Cas ne nous a pas payé pour dire ça, bien qu’on ne dirait pas non à un diner gratuit, just saying) 

On sait ce que vous être en train de vous dire…

‘Okay cool, tout ça est très interessant mais qu’en est-il de leur musique?’

N’en dites (ou n’en pensez) pas plus!

Vous connaissez ces artistes capables de combiner les influences hip-hop, R’n’B et indie en une seule chanson? Ceux qui arrivent à faire fusionner organiquement et harmonieusement differents genres en une chanson et l’a transformer en une hymne parfaite? Vous l’aurez compris, c’est ce que lavender a fait avec leur premier single Peppermint. Produit et mixé par Adam et Oskar la chanson inclue également les vocaux d’Adam — « Je ne suis pas encore très confiant dans ma voix mais Oskar arrive à faire sonner le tout très bien! » Le mastering est fait par João Carvalho, un producteur de Toronto nominé au Juno et qui s’est occupé des enregistrements de plusieurs artistes révolutionnaires, dont le groupe instrumental jazz/hip-hop BADBADNOTGOOD. Le résultat final? Pour citer Oskar: 

« Nous voulons être prudent lorsque nous disons que cela ressemble à du J Dilla car c’est un sacrilège pour moi. Mais c’est pour sur de là que provient notre inspiration et je pense qu’on le ressent lorsque l’on écoute la chanson, surtout dans la manière dont les samples sont disposés et, je l’espère, dans la façon dont la batterie les suit. Pour moi, les vocaux d’Adam sonnent comme du Bon Iver et la façon dont les guitares sont superposés est un rappel à Mac DeMarco et American Football, c’est cette idée de superposer les uns sur les autres des sons qui, séparément, sont très mélodieux qui donnent un mur de son pur et riche ».

Chaleureuse et joyeuse, Peppermint est une bouffée d’air frais lors d’une belle journée ensoleillé, la chanson parfaite pour un picnic entre amis au parc pendant le coucher du soleil. Mais ce n’est pas tout. Ce qui permet à Peppermint de se dissocier du reste des sons lo-fi et chill vibes qui sont partout sur Spotify, c’est son coté dynamique, qui d’après Adam, est un aspect qui continuera d’être exploré dans leurs sons futurs. Les changements inattendus de tempo peuvent avoir l’air un peu étrange au début mais ils rendent en réalité la chanson encore plus appréciable et variée et permettent de garder l’oreille aguerri le long de celle-ci. Comme le dit Adam, « Je ne remarque même plus le changement de tempo lorsque je l’écoute désormais, tellement que je m’y suis habitué, cependant j’adore lorsque les gens qui l’écoute pour la première fois se disent ‘woo, est ce que ça vient de s’accélérer d’un coup là?’ Je me dis que c’est justement la vibe que l’on voulait atteindre, nous voulons que les gens remarque cette accélération…avec de la chance ça ne choquera personne! » En nous parlant de la raison pour laquelle ils ont fait de Peppermint leur tout premier single Oskar ajoute, « Notre EP est maintenant bientôt terminé et si nous avons choisi de sortir Peppermint en premier c’est parce qu’elle définit parfaitement l’univers de lavender. Le changement de tempo est en parti responsable de ça, la superposition des samples ainsi que des guitares, le rythme et le swing de la batterie, tout ça pour nous est la parfaite description de ce qu’est lavender, c’est une bonne introduction. » Nous y voilà enfin, voici lavender. 

 

 

Pour rester à jour avec lavender allez les follow @lavenderlavenderlavender sur IG et téléchargez leur playlist hebdomadaire ‘lavender:isolation’ station sur Spotify.

 

Article original écrit par Isabella Sancinelli, traduction faite par Lilia Chebelaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :