SODY: L’artiste pop hybride qui monte

Sophie Dyson, connue sous le nom de scène SODY (Sony Music UK) est une auteure-compositrice-interprète de 19 ans qui vient de l’ouest de Londres. Elle décrit son son comme “un hybride pop d’instruments électroniques et live avec une voix rauque” et a un jour mentionné qu’Ed Sheeran est pour elle une grande inspiration depuis des années. Elle sortit son premier EP ‘Youth’ en 2016 mais commença à avoir plus de succès avec ‘Maybe It Was Me’ en 2018, suivi de ‘The Bully’ en 2019.

 

Sody écrit des chansons pures et auxquelles il est facile de s’identifier, à propos de ses expériences personnelles. Dans ‘Maybe It Was Me’Sody se remémore une relation passée et commence à accepter qu’elle est peut-être à blâmer pour la fin de celle-ci – c’est une version rafraîchissante des chansons de rupture, qui nous rappelle notamment le style de Julia Michaels qui a également un ton de voix similaire. ‘The Bully’ est un message puissant et mature destiné aux ados qui s’en prenaient à elle à l’école. Elle fut intimidée pendant deux ans par des camarades à cause de son acné. A la rentrée en quatrième, sa peau s’était éclaircie et elle avait commencé à se teindre les cheveux en blond platine, mais l’intimidation ne s’est pas arrêtée parce que les gens avaient découvert qu’elle avait commencé à sortir de la musique en tant que “Sody”.

 

Le 3 Janvier 2020, Sody sort son dernier EP ‘I’m Sorry, I’m Not Sorry’. L’EP ouvre avec ‘What We Had’, une simple ballade au piano qui parle de la difficulté de passer à autre chose après une rupture quand les souvenirs que vous avez partagé ensemble sont encore si frais et importants, même si vous savez que c’est fini. Dans ‘Reason To Stay’, la chanson qui suit, Sody quitte quelqu’un qui n’est pas bien pour elle, elle a pris sa décision et il n’y aucun moyen de la faire changer d’avis, peu importe ce que l’autre personne a à dire. Le troisième morceau, ‘Nothing Ever Changes’, donne l’impression d’être une suite de celui qui précède, donnant plus de recul sur le type de toxicité auquel elle était confrontée: “You’re a monster when you drink, and now I’m picking up the pieces”/”Tu es un monstre quand tu bois, et maintenant j’en ramasse les morceaux”. La vidéo live de cette chanson est très simple mais en dit long – Sody est assise dans une pièce aux murs bleus, elle porte un pull bleu et est entourées de bouteilles de bière vides. La quatrième et dernière chanson de l’EP est ‘Love’s A Waste’ : Sody dit que, même si on a l’impression que les relations vont toujours finir par se terminer, ou du moins, par passer par des moments difficiles, elle “ne lâchera jamais”.

Vous pouvez écouter une belle et touchante version de ‘Love’s A Waste’ en duo avec James Smith sur la chaîne youtube de Sody – enregistrée au Metropolis à London et postée le jour de la St Valentin.

 

Article écrit by Moïra Lilly.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :