Zoom sur renforshort

Le règne de Lauren Isenberg, plus connue sous le nom de renforshort (Polydor) est en train de débuter. La chanteuse compositrice d’origine Canadienne de 17 ans a su avec brio passer de faire des covers sur YouTube à décrocher un deal avec Geffen Records / Interscope, le talent vous dîtes? Absolument! En 2019, elle cumulait déjà plus de 5 millions de streams avec seulement ses deux premiers titres, « Waves » et «Mind Games ». Pour vous retracer rapidement son parcours, elle commence à écrire des chansons à l’âge de 13 ans et perfectionne son talent lors d’open mic dans sa ville de Toronto, elle a même remporté un concours en chantant un chant traditionnel chinois, « Mo Li Hua », en mandarin (yes please!)

 

 

La chanteuse alt-pop qui qualifie sa musique de « tastefully weird » (étrange avec goût) n’est pas du genre à mâcher ses mots et les paroles de ses chansons résonnent plus que jamais avec la partie chaotique de notre esprit. Ses lyrics sont pour nous la catharsis tant nécessaire au bien-être de notre âme. Enfant caché de Tim Burton, son premier EP Teenage Angst, sorti cette année est l’ultime teenage state of mind, non sans rappeler l’aura de Lorde ou Billie Eilish, ce dernier fait office de journal et offre exactement ce que le titre promet : un chaudron bouillant de rage, de frustration, d’agitation, d’amour et d’anxiété dont « i drive me mad » est l’hymne. A travers cette chanson renforshort nous invite dans les bas fonds de son cerveau et retranscrit parfaitement les émotions ressenties lors d’une crise de panique, le tempo toujours plus rapide qui vient se crasher au refrain est une savante représentation de cette agonisante sensation. 

« Water turns to vodka, apple juice to rum. you kiss her on her neck then tell her to leave when you’re done », la mélancolie amère de « tastefully depressed » nous emmène dans une balade étrangement paisible au sein du cerveau de l’artiste qui aborde le sujet de la peur de grandir et de vieillir ainsi que tout ce qui peut possiblement arriver dans la vie adulte, des questions et incertitudes qui laissent place à la crainte et à l’anxiété, soulevées par toute personne ayant déjà eu 17 ans. Une douce façon de clôturer cet EP qui arbore une chanson pour chaque état d’esprit.

 

 

Chez TBC on aime chacune de ses chansons plus que la précédente, on a également eu l’occasion de la voir en live en Février à Paris lors de l’annuel showcase Polydor et on vous le confirme, sa performance était superbe. On aime à penser que chacun se retrouvera dans cet EP qui prend tout particulièrement sens en ces temps étranges et difficiles. In a nutshell, l’EP parfait pour vos moments de vague à l’âme.

Chansons favorites: i drive me mad, new way et tastefully depressed.

 

Article écrit par Lilia Chebelaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top
%d blogueurs aiment cette page :